Jean-Michel Atlan

1941 (Château-Arnoux-Saint-Auban)

Portrait noir et blanc de Jean-Michel Atlan

Biographie

Jean-Michel Atlan est un peintre français judéo-berbére, originaire de Constantine. Il quitte son Algérie natale et s’installe à Paris en 1930, où il étudie la philosophie à la Sorbonne. Il est de conviction politique d’extrême gauche trotskiste et anticolonialiste. En 1938, il est professeur de philosophie au lycée de Laval, puis, à la rentrée 1939, au lycée Condorcet à Paris. Dès la mi-novembre 1940, il est déchu de la fonction publique par le nouveau recteur de l’académie de Paris, Jérôme Carcopino, appliquant avec zèle le « statut des Juifs », bien que celui-ci n’ait pas de décret d’application.

Il commence à peindre en 1941, avant d’être arrêté le 9 juin 1942, pour son engagement dans la résistance et parce qu’il est juif. Il est enfermé à la prison de la Santé, où il échappe aux camps d’extermination en simulant la folie. Interné, à l’hôpital Sainte-Anne, il en sort à la Libération. On compte parmi ses proches : Jean Duvignaud (époux de Clara Malraux), Alain Robbe-Grillet et René de Obaldia. En 1944, il se consacre totalement à la peinture et expose au Salon des surindépendants dans un style expressionniste. Cette même année, en novembre, il publie un recueil de poèmes, Le Sang profond, qu’il illustre, et présente en décembre 1944 une exposition à la galerie l’Arc-en-Ciel à Paris.

Atlan rencontre Asger Jorn en 1946, puis rejoint le mouvement CoBrA4 et se rapproche de l’abstraction. Maeght publie l’ouvrage Description d’un Combat de Franz Kafka et dont les lithographies en noir ont été réalisées par Atlan. En 1948, il participe à la création du groupe CoBrA. En 1955, il expose à la galerie Charpentier à Paris. Il est victime d’une hémorragie en 1959 pendant une exposition à Londres et meurt le 12 février 1960 d’un cancer foudroyant3, peu de temps avant de présenter ses toiles à New York.

Jean-Michel Atlan a trouvé sa voie dans la peinture abstraite après avoir emprunté le chemin de l’expressionnisme. Ses compositions sont souvent très proches de l’art africain dans ses choix de couleurs et de formes. L’artiste utilise essentiellement de la peinture à l’huile.

Il avait épousé Denise Veron, morte le 1er juillet 2004.

En 1980, il est l’objet d’une rétrospective au Centre Pompidou.