Daniel Buren

25.03.1938 (France)

daniel buren, Galerie d’art Cannes, Galerie Hurtebize, achat tableau art, art moderne, art contemporain, contemporary art, modern art, art abstrait, art figuratif, abstraction lyrique, art abstrait géométrique, peintures, tableau, sculpture, école de paris, hans hartung, robert combas, pierre soulages, marc chagall, georges mathieu, bernard buffet, jean miotte, vasarely, abner

Biographie

Daniel Buren est né à Boulogne-Billancourt en 1938.

Dès 1958 il entre à l’école Nationale des Arts et Métiers. Il y étudie la décoration et la peinture.

A partir de 1960, ses recherches s’orientent vers l’économie de moyens dans la création, ainsi que le jeu entre fond et forme, espace de l’œuvre et son environnement.

En 1965, il commence à employer les tissus de stores aux motifs de bandes colorées espacées de 8,7 cm. Comment atteindre l’impersonnel ? C’est à cette problématique que Daniel Buren entend répondre en employant cet écart invariable qui le fascine.

En 1967, au 18ème salon de la jeune peinture, avec Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni, il forme le groupe B.M.P.T. Ces artistes produisent leur œuvre minimaliste et impersonnelle sur place. A la fin de l’année 1967, ils se séparent.

Buren commence alors à s’intéresser de plus près à la notion d’espace de l’œuvre et d’exposition. Il créée le principe de l’œuvre in situ ; le lieu public ou privé qui accueille l’œuvre devient complémentaire de l’œuvre, qui est conçue précisément pour le lieu choisi.

De là découle une réflexion sur la perception renouvelée du lieu grâce à l’installation proposée.

Entre sculpture, peinture et architecture, Daniel Buren déploie ses bandes et ses schémas afin de révéler le lieu, sa structure, ses particularismes, grâce au jeu de la lumière et des points de vue.

Son œuvre la plus célèbre date de 1986 : il s’agit de l’installation pérenne Les Deux plateaux, qui se trouve dans la cour du Palais Royal à Paris. Plus connue sous le nom de « Colonnes de Buren », l’œuvre est composée de colonnes en marbre rayées noir et blanc, espacées de 8,7 cm.

Daniel Buren a aussi participé à la Monumenta au Grand Palais en 2012, et a recouvert la Fondation Vuitton en 2016 de son intallation « L’Observatoire de la lumière ».