Henri Michaux

1899 (Belgique) - 1984 (France)

Monogramme Henri Michaux

Biographie

Henri Michaux, (né le 24 mai 1899 à Namur, Belgique – décédé le 18 octobre 1984 à Paris, France), poète lyrique et peintre français d’origine belge qui a examiné le monde intérieur révélé par les rêves, les fantasmes et les drogues hallucinogènes.

Michaux était le fils d’un avocat belge. Jeune homme, il abandonne ses études universitaires et s’engage dans la marine marchande. Il a ainsi voyagé en Asie et en Amérique du Sud, vivant par intermittence à Paris, où il s’est finalement installé en 1922. Là, tout en collaborant à plusieurs revues d’avant-garde, il devient enseignant pendant un certain temps et est employé comme secrétaire du poète Jules Supervielle. Michaux se fait remarquer par la critique avec son recueil de poèmes Qui je fus (1927). Il écrit également plusieurs carnets de voyage, dont Un Barbare en Asie (1932), qui sera traduit par la libraire américaine expatriée Sylvia Beach. Sa première exposition de peinture a lieu en 1937. Mais c’est l’étude de la poésie de Michaux par André Gide en 1941 qui a attiré l’attention du public sur le poète-peintre. Michaux devient citoyen français en 1955.

Michaux avait une vision sombre de la condition humaine ; ses poèmes soulignent l’impossibilité de donner un sens à la vie telle qu’elle s’impose à l’individu. Mais dans cette ambiance de futilité, Michaux a mis en avant la richesse de son imagination, et les contradictions de ses images surréalistes étaient destinées à refléter l’absurdité de l’existence. Certains de ses poèmes sont présentés sous la forme de vers faussement désinvoltes aux rimes enjouées. À d’autres moments, il présente ses thèmes dans des poèmes en prose. Michaux a lui-même préparé trois volumes de sélections de ses œuvres : L’Espace du dedans (1944), Ailleurs (1948) et La Vie dans les plis (1949).

De nombreux ouvrages ultérieurs de Michaux – dont Connaissance par les gouffres (1961), Misérable miracle : le mescaline (1956) et Les Grandes épreuves de l’esprit et les innombrables petites (1966) – décrivent ses expériences avec les drogues. D’autres traductions anglaises de Michaux comprennent Selected Writings (1968) ; Ecuador : A Travel Journal (1970) ; Meidosems : Poems and Lithographs (1992) ; Spaced, Displaced/Déplacements, Dégagements (1992) ; Darkness Moves (1994) ; et Tent Posts (1997).