Gustave Loiseau

1865 (Paris) - 1935 (Paris)


Aucune oeuvre disponible en ce moment.

gustave loiseau, Galerie d’art Cannes, Galerie Hurtebize, achat tableau art, art moderne, art contemporain, contemporary art, modern art, art abstrait, art figuratif, abstraction lyrique, art abstrait géométrique, peintures, tableau, sculpture, école de paris, hans hartung, robert combas, pierre soulages, marc chagall, georges mathieu, bernard buffet, jean miotte, vasarely, abner

Biographie

Gustave Loiseau est né en 1865 à Paris. Son père le destine au commerce mais, dès l’adolescence, il est attiré par le dessin et l’aquarelle. Placé chez un décorateur, il abandonne tout pour se consacrer à la peinture, après avoir reçu un héritage de sa grand-mère. Il fréquente, en 1888, l’Ecole des Arts Décoratifs puis l’atelier du peintre Fernand Quignon en 1889, qui lui conseille d’aller à Pont-Aven.
Purement impressionniste, Gustave Loiseau a gravité dans l’orbite de Gauguin et reste lié, sentimentalement et topographiquement, au milieu breton. Arrivé en mai 1890 à Pont-aven, il loge à la Pension Gloanec où il rencontre Maufra et Moret. Il y reviendra chaque été.
Encouragé par Maufra, il expose à la galerie Le Barc à Boutteville en 1891 et au Salon des Indépendants en 1893. En 1894, il fait partie du groupe qui entoure Gauguin. Ce dernier l’apprécie et lui offre une nature morte ‘Fleurs, iris bleu, oranges et citron’. Gustave Loiseau participe cette année aux VIème, VIIème et VIIIème expositions des peintres Impressionnistes et Symbolistes chez Le Barc avec des paysages dont ‘Matinée de septembre à Pont-Aven’ et ‘Crue de l’Aven’.

A partir de 1897, il est pris sous contrat par Durand-Ruel qui l’expose dans sa galerie de New York, en compagnie de Moret et de Maufra en 1900, puis à Paris pour une exposition particulière en 1901. De 1922 à 1928, il peint de nombreuses natures mortes, des vues de Paris, puis des paysages de Moret-sur-loing.

Après avoir été inspiré par le cloisonnisme de Gauguin, il s’oriente vers le postimpressionnisme en 1895, influencé par Pissarro puis par le divisionnisme de Seurat. S’il conserve du cloisonnisme une construction presque géométrique de ses peintures, il a apporté au postimpressionnisme une touche plus souple, croisée en treillis, qui fait sa singularité. Dans certains de ses paysages, il ose la juxtaposition de touches de couleurs peu usitées et très contrastées, et se fait très proche alors d’Henri Edmond Cross. Grand voyageur, ses peintures en tirent une marque de diversité.

Il est décédé à Paris en 1935.